Wednesday, 5 November 2014

1914-2014 : Liverpool se souvient


Cet été, la ville anglaise de Liverpool et Nantes, la française, ont commémoré la Première Guerre mondiale. Avec mon fils cadet, nous avons passé un week-end mémorable à Liverpool parmi un million de visiteurs. La ville a su mettre en scène l’évènement avec élégance… et un petit coup de main de leurs amis français.
 
Les marionnettistes du Royal de Luxe et la Petite Géante

Trois générations réunies
Ce sont ses habitants qui font de Liverpool une ville particulière. En effet, ils savent faire preuve d’un esprit, d’une chaleur et d’une force uniques. Quand mon fils et moi sommes arrivés à la station Lime Street, la ville grouillait déjà d’enthousiasme. Nous avons apprécié cet accueil et les conversations engagées dans la rue avec de parfaits inconnus. Des familles entières étaient réunies dans les rues — enfants, parents et grands-parents. Les plus jeunes attendaient calmement et gentiment malgré leur évidente impatience.

La compagnie théâtrale de Nantes
De nombreux spectateurs se sont remémoré la précédente visite des Géants à Liverpool pour le centenaire du naufrage du Titanic. Les gens étaient si heureux de les revoir que bon nombre d’entre eux ont assisté à chaque journée ou presque de commémoration. Certains ont même reconnu avoir versé quelques larmes en écoutant l’histoire du Pals' Battalion de la ville.

Liverpool est attachée à la compagnie théâtrale nantaise Royal de Luxe, et à Jean-Luc Courcoult, son directeur. Trois marionnettes géantes, une grand-mère, une petite fille et son chien El Xolo racontaient cette histoire. L’énergie des marionnettistes français m’a stupéfiée. 

Les familles observent la procession de la Grand-mère

On dit souvent que seul Londres et les autres capitales du monde peuvent organiser de grands évènements culturels et sportifs. Je ne suis pas de cet avis, mon fils non plus d’ailleurs. Un supporter de Liverpool pourrait-il visiter la ville sans passer par le stade d’Anfield ? (Désolée pour les fans d’Everton) Le football coule dans les veines de la ville. Mon londonien de fils était ravi de prendre une photo du maillot de Steven Gerrard. 
  

Un fan de Liverpool photographie le maillot de son idole


Le vestiaire était étonnamment sobre, ce qui nous a permis de constater que le glamour ne l’emporte pas toujours.

Cette ville sait aussi reconnaître certaines réalités. Ainsi, elle fait face à son passé dans le Musée international de l’esclavage. Même au sein du musée Anfield et ses vitrines chargées de trophées, des hommages respectueux sont rendus aux vies perdues lors des catastrophes de Hillsborough et Heysel.

Les coquelicots en céramique de la Tour de Londres sont particulièrement créatifs et impressionnants. Liverpool a souhaité une commémoration différente et qui attire l’attention de ses habitants. Le Giant Spectacular était gratuit et des familles entières pouvaient assister aux évènements. Ils ont écouté l’histoire de leur ville, oubliée ou inconnue de beaucoup. Je suis certaine que 2014, et donc 1914, resteront gravés dans les mémoires des enfants. Les excellents musées de la ville sauront leur permettre de les revoir et de raconter à leur tour cette histoire à leurs enfants.

Des vies perdues dans les Flandres
La compagnie théâtrale française a retransmis la réalité du Pals’ Battalion de Liverpool comme aucun mémorial n’aurait pu l’égaler. Désormais, les sacrifices et les souffrances de nos ancêtres auront plus de sens.
 

Les tranchées des Flandres où tant de soldats se sont sacrifiés




 Traduction de l'anglais par Céline Petit

Post a Comment